Les relations sont comme la teinture avec les plantes : elles demandent du temps

Par Carlos Barrera Reyes

Pour teindre le coton et la laine avec le palo brasil (écorce), la première étape consiste à faire des écheveaux de 25 à 50 grammes maximum, pour éviter qu’ils ne s’emmêlent, avec un lien aux deux extrémités avec la technique du huit. Ensuite, on les met à tremper dans de l’eau très chaude pendant une demi-heure, afin qu’ils libèrent toute la graisse du mouton et que la teinture pénètre bien lorsqu’elle est appliquée. Ensuite, les écheveaux sont lavés avec du savon neutre deux fois et rincés jusqu’à ce qu’il n’en reste aucune trace, en essayant toujours d’utiliser la même température d’eau, pour éviter que le matériau ne rétrécisse.
Dans un récipient en étain ou en argile (recommandé pour que les couleurs ressortent brillantes et non foncées), dissoudre la poudre d’alun et la crème de tartre avec de l’eau très chaude, en prenant soin de bien le faire, car sinon la laine risque de se tacher. Lorsque l’eau atteint le point d’ébullition, introduisez les écheveaux, en veillant à ne pas faire bouillir ou brûler la laine.
Il est nécessaire de bouger continuellement pour que la teinture soit uniforme. Après une heure, le matériel est retiré et rincé trois fois à l’eau claire ; il est important de ne pas oublier cette étape, sinon l’excès d’alun et de crème peut provoquer une teinture très claire. Encore une fois, il est important de maintenir la même température d’eau à tout moment. Pour le coton, les liens correspondants sont réalisés dans les écheveaux et mis dans de l’eau très chaude, afin que l’amidon se détache ; ensuite, comme pour la laine, ils sont lavés au savon et rincés. Dans un récipient en étain ou en argile, on dissout de l’alun dans de l’eau chaude et on y met la fibre pendant une heure à ébullition. Ensuite, on la sort du pot et on la rince trois fois à l’eau claire. Jetez l’eau de la marmite et mettez de l’eau propre et chaude, ajoutez de l’acide tannique, dissolvez et intégrez la fibre pendant une autre heure à ébullition, sortez-la et rincez-la trois fois. De nouveau, mettez de l’eau propre et chaude dans la marmite et dissolvez l’alun, puis intégrez la fibre pendant une autre heure à ébullition. Au cours de ces trois étapes, il est important de déplacer le matériau. Lorsqu’il est terminé, il est parfaitement rincé, sinon il se passera la même chose qu’avec la laine. On laisse le coton et la laine reposer dans l’eau toute la nuit. La deuxième étape est la teinture, pour laquelle on utilise des éclats d’écorce d’arbre. Je les fais venir de Paraíso de Grijalva, dans la municipalité de Carranza, au Chiapas, car c’est là que je peux les obtenir fraîchement coupées et comme elles sont fraîches, par rapport à celles vendues sur les marchés, elles ont une couleur plus intense. Elles sont coupées en petits morceaux et mises à tremper pendant un mois. Comme l’écorce est très dure, le travail est long et laborieux. Les copeaux sont mis dans un pot en étain ou en argile, on ajoute suffisamment d’eau et on les fait bouillir pendant une heure. On les laisse refroidir puis on les passe au tamis. On ajoute ensuite plus d’eau aux copeaux et on les fait bouillir pendant une autre heure. Laissez-les refroidir et filtrez-les à nouveau. Mettez la teinture filtrée des deux teintures bouillies ensemble et faites-la chauffer jusqu’à ébullition, puis mettez les écheveaux de laine et de coton, bien pressés, et maintenez le tout en mouvement pendant une heure à ébullition, en prenant soin de ne pas faire bouillir ou brûler les fibres. Une fois l’heure écoulée, on éteint la marmite et on la laisse reposer jusqu’au lendemain.
Si vous voulez changer les couleurs, une fois l’heure passée dans la teinture, retirez les fibres et ajoutez du citron pour l’orange, du sulfate ferreux pour le violet ou du bicarbonate pour le bougainvillier (très similaire à la couleur de la cochenille). Chaque élément doit être très bien dissous avant d’introduire les fibres, sinon elles seront tachées ; ensuite, on le porte à ébullition pendant trente minutes. Il est important que l’eau soit maintenue à cette température pendant une demi-heure, sinon la réaction chimique n’aura pas lieu et le changement de couleur ne se produira pas. Une fois le temps écoulé, on l’éteint et on le laisse reposer jusqu’au lendemain. Les fibres sont retirées et mises à l’ombre pendant 24 heures, car si le soleil les frappe directement, elles peuvent se tacher. Le lendemain, une fois qu’elles sont sèches, elles sont rincées avec du savon neutre si nécessaire, jusqu’à ce que la couleur cesse de sortir et elles sont remises à sécher à l’ombre. Le liquide de la teinture restante peut être utilisé pour les teintes inférieures ; la procédure est la même.
Pour le palo brasil, le colorant peut être utilisé jusqu’à quatre fois. Si l’on souhaite une palette complètement différente, on laisse la teinture dans le pot pendant un mois pour qu’elle pourrisse, puis on l’utilise à nouveau en suivant les procédures précédentes.
J’ai voulu utiliser la teinture avec le palo brasil comme une analogie du temps, puisque la même chose s’est produite avec le renforcement des relations dans les communautés : un processus long et approfondi. Et de quel type de relations parlons-nous ? Toutes, les relations humaines, les relations de communication, les relations d’amitié, les relations d’apprentissage, les relations de solidarité, les relations de confiance et même les relations de pouvoir.
Selon Pablo Helguera, dans son livre « Education for Socially Engaged Art », les projets les plus réussis dans le domaine de l’art socialement engagé sont ceux dans lesquels les artistes ont travaillé dans une communauté particulière pendant une longue période, et ont une compréhension profonde des participants, avec pour principale stratégie de gagner la confiance de la communauté.

Relationships are like dyeing with plants: they take time.

By Carlos Barrera Reyes

To dye cotton and wool with the bark of pernambuco (palo brasil),the first step is to make skeins of 25 to 50 grams maximum, to prevent them from getting tangled, with a link at both ends with the technique of the eight. Then they are soaked in very hot water for half an hour, so that they release all the fat from the sheep and the tincture penetrates well when applied. The skeins are then washed with neutral soap twice and rinsed until there is no trace left, always trying to use the same water temperature, to prevent the material from shrinking.


In a pewter or clay container (recommended so that the colors stand out bright and not dark), the alum powder and tartar cream are dissolved with very hot water, taking care to do it well, because otherwise the wool may stain. When the water reaches the boiling point, the skeins are introduced, taking care not to boil or burn the wool.
It is necessary to move continuously so that the tincture is uniform. After an hour, the material is removed and rinsed three times with clear water; it is important not to forget about this stage, otherwise excess alum and cream of tartar can cause a very clear tincture. Again, it is important to maintain the same water temperature at all times.

For cotton, the corresponding bonds are made in the skeins and put in very hot water, so that the starch comes off; then, as with wool, they are washed with soap and rinsed. In a tin or clay container, alum is dissolved in hot water and the fiber is put in it for an hour to boil. Then it is taken out of the pot and rinsed three times with clear water. We tjing the water from the pot and putting clean, warm water. Tannic acid is added and dissolved to integrate well into the fiber for another hour when boiling. The cotton is pulled out and rinsed three times. The pot is again filled with clean, warm water, in which alum is dissolved, and then the fiber is integrated for another hour when it boils.

During these three steps, it is important to move the material. When it is perfectly rinsed, otherwise the same thing will happen as with wool. Cotton and wool are allowed to rest in the water all night. The second stage is tincture, for which splinters of tree bark are used. I bring them from Paraíso de Grijalva, in the municipality of Carranza, Chiapas, because that’s where I can get them freshly cut and since they are fresh, compared to those sold in the markets, they have a more intense color. They are cut into small pieces and soaked for a month. Since the bark is very hard, the work is long and laborious. The chips are put in a tin or clay pot, enough water is added and boiled for an hour. They are allowed to cool and then sieved. More water is then added to the chips and boiled for another hour. They are then allowed to cool and filtered. The filtered dye of the two boiled dyes is then put together and heated until it boils, then the wool and cotton skeins are put, well pressed, while maintaining a continuous movement for an hour. This, taking care not to boil or burn the fibers. Once the hour has passed, the pot is turned off and left to rest until the next day.


If we want to change the colors, once the hour is spent in the dye, we remove the fibers and add lemon to obtain orange, ferrous sulfate for purple or bicarbonate for bougainvillea (very similar to the color of mealybug). Each element must be very well dissolved before introducing the fibers, otherwise they will be stained; then, it is brought to a boil for about thirty minutes. It is important that the water is kept at this temperature for half an hour, otherwise the chemical reaction will not take place and the color change will not occur. Once the time has passed, it is turned off and left to rest until the next day. The fibers are removed and put in the shade for 24 hours, because if the sun hits them directly, they can stain. The next day, once they are dry, they are rinsed with neutral soap if necessary, until the color stops coming out and they are put back to dry in the shade. The liquid from the remaining tincture can be used for lower shades; the procedure is the same.


For palo brasil, the dye can be used up to four times. If one wants a completely different palette, the tincture is left in the pot for a month so that it rots, and then it is used again following the previous procedures.
I wanted to use the dye with palo brasil as an analogy of time, since the same thing happened with the strengthening of relationships in communities: a long and thorough process. And what kind of relationships are we talking about? All, human relationships, communication relationships, friendship relationships, learning relationships, solidarity relationships, trust relationships and even power relationships.


According to Pablo Helguera, in his book « Education for Socially Engaged Art » (2011), the most successful projects in the field of socially engaged art are those in which artists have worked in a particular community for a long time, and have a deep understanding of the participants, with the main strategy of gaining the trust of the community.

Photograph: Dyeing with pernambuco, Textile Workshop, Faculty of Arts and Design, UNAM. Carlos Barrera Reyes

Las relaciones son como teñir con plantas: requieren tiempo​

Por Carlos Barrera Reyes

Para teñir algodón y lana con palo brasil, el primer paso es hacer madejas de 25 a 50 gramos máximo, para evitar que se enreden, con un amarre en los dos extremos con la técnica de ocho. Luego se ponen a remojar en agua muy caliente por media hora, para que suelten toda la grasa del borrego y cuando se aplique el tinte éste penetre bien. Enseguida, las madejas se lavan con jabón neutro dos veces y hay que enjuagarlas hasta que no quede rastro de éste, siempre procurando usar la misma temperatura de agua, para evitar que se encoja el material.

En un recipiente de peltre o barro (recomendados para que los colores salgan brillantes y no obscuros), se disuelve alumbre en polvo y cremor tártaro con agua muy caliente, cuidando de hacerlo bien, ya que de lo contrario la lana se puede manchar. Cuando el agua alcanza el punto de ebullición se introducen las madejas, procurando que no hierva o se quemará la lana. 

Es necesario estar moviendo continuamente para que el teñido sea parejo. Al cabo de una hora se saca el material y se enjuaga tres veces con agua limpia; es importante no olvidar este paso o el exceso de alumbre y cremor puede provocar un teñido muy claro. Nuevamente es importante mantener la misma temperatura del agua en todo momento. Para el algodón se hacen los amarres correspondientes en las madejas y se ponen en agua muy caliente, de modo que el almidón se desprenda; luego, al igual que con la lana, se lavan con jabón y se enjuagan. En un recipiente de peltre o barro se disuelve alumbre en agua caliente y se introduce la fibra por una hora a punto de ebullición. Al término se saca de la olla y se enjuaga tres veces con agua limpia. Se tira el agua de la olla y se pone agua caliente limpia y se agrega ácido tánico, se disuelve y se integra la fibra por una hora más a punto de ebullición, se saca y se enjuaga tres veces. De nueva cuenta, en la olla se pone agua limpia y caliente y se disuelve alumbre para luego integrar la fibra una hora más a punto de ebullición. En los tres pasos es importante estar moviendo el material. Al terminar se enjuga perfectamente o sucederá lo mismo que con la lana. Tanto el algodón como la lana se dejan reposar en agua durante toda la noche. El segundo paso es el teñido, para el cual se utilizan astillas de la corteza del árbol. Yo las traigo de Paraíso de Grijalva, en el municipio de Carranza, Chiapas, porque ahí es donde las puedo obtener recién cortadas y al ser frescas, en comparación con las que venden en los mercados, se obtiene un color más intenso. Se cortan en pequeños pedazos y se ponen a remojar por un mes. Como la corteza es muy dura, el trabajo es largo y laborioso. Las astillas se ponen en una olla de peltre o barro, se les agrega suficiente agua y se hierven por una hora. Se dejan enfriar y se cuela. Luego se les pone más agua a las astillas y se hierven por otra hora. Se dejan enfriar y se vuelven a colar. Se junta el tinte colado de las dos hervidas y se calienta a punto de ebullición, luego se introducen las madejas de lana y algodón bien exprimidas y se mantiene moviendo por una hora a punto de ebullición, cuidando que no hierva o se quemarán las fibras. Una vez pasada la hora se apaga la olla y se deja reposar hasta el siguiente día. 

Si se desean cambiar los colores, una vez pasada la hora en el tinte se saca la fibra y se añade limón para color naranja, sulfato ferroso para color morado o bicarbonato para color bugambilia (muy parecido al color de la grana cochinilla). Cada elemento debe disolverse muy bien antes de introducir las fibras o se mancharán; luego se mueve por treinta minutos a punto de ebullición. Es importante que el agua se mantenga a esta temperatura por la media hora o la reacción química no se realizará y no sucederá el cambio de color. Una vez pasado el tiempo se apaga y se deja reposar hasta el siguiente día. Las fibras se sacan y se ponen a la sombra por 24 horas, ya que si el sol les pega directo se pueden manchar. Al siguiente día, ya secas, se enjuagan con jabón neutro lo necesario, hasta que el color deje de salir y se ponen a secar nuevamente a la sombra. El líquido del tinte que sobró se puede usar para tonos más bajos; el procedimiento es el mismo. 

Para el palo brasil se puede usar el tinte hasta cuatro veces. Si se desea obtener una paleta completamente diferente, se deja el tinte en la olla por un mes a que se pudra, y después, nuevamente se usa con los procedimientos anteriores. 

Quise usar el teñido con el palo brasil como analogía del tiempo, ya que lo mismo ha sucedido con el fortalecimiento de las relaciones en las comunidades: un proceso largo y minucioso. ¿Y de qué tipo de relaciones estamos hablando? Todas, relaciones humanas, relaciones de comunicación, relaciones de amistad, relaciones de aprendizaje, relaciones de solidaridad, relaciones de confianza e inclusive relaciones de poder. 

De acuerdo con Pablo Helguera en su libro Education for Socially Engaged Art, –los proyectos más exitosos en el arte socialmente comprometido son aquellos en donde los artistas han trabajado en una comunidad en particular por un largo tiempo, y tienen un profundo entendimiento de los participantes, con la principal estrategia de ganar la confianza de la comunidad–. 

Les relations sont comme la teinture avec les plantes : elles prennent du temps.

Par Carlos Barrera Reyes

Pour teindre le coton et la laine avec l’écorce du pernambouc (palo brasil), la première étape consiste à faire des écheveaux de 25 à 50 grammes maximum, pour éviter qu’ils ne s’emmêlent, avec un lien aux deux extrémités avec la technique du huit. Ensuite, on les met à tremper dans de l’eau très chaude pendant une demi-heure, afin qu’ils libèrent toute la graisse du mouton et que la teinture pénètre bien lorsqu’elle est appliquée. Les écheveaux sont ensuite lavés avec du savon neutre deux fois et rincés jusqu’à ce qu’il n’en reste aucune trace, en essayant toujours d’utiliser la même température d’eau, pour éviter que le matériau ne rétrécisse.


Dans un récipient en étain ou en argile (recommandé pour que les couleurs ressortent brillantes et non foncées), on dissout la poudre d’alun et la crème de tartre avec de l’eau très chaude, en prenant soin de bien le faire, car sinon la laine risque de se tacher. Lorsque l’eau atteint le point d’ébullition, on introduit les écheveaux, en veillant à ne pas faire bouillir ou brûler la laine.
Il est nécessaire de bouger continuellement pour que la teinture soit uniforme. Après une heure, le matériel est retiré et rincé trois fois à l’eau claire ; il est important de ne pas oublier cette étape, sinon l’excès d’alun et de crème de tartre peut provoquer une teinture très claire. Encore une fois, il est important de maintenir la même température d’eau à tout moment.

Pour le coton, les liens correspondants sont réalisés dans les écheveaux et mis dans de l’eau très chaude, afin que l’amidon se détache ; ensuite, comme pour la laine, ils sont lavés au savon et rincés. Dans un récipient en étain ou en argile, on dissout de l’alun dans de l’eau chaude et on y met la fibre pendant une heure à ébullition. Ensuite, on la sort du pot et on la rince trois fois à l’eau claire. On jète l’eau de la marmite et on met de l’eau propre et chaude. On ajoute de l’acide tannique et on la dissout pour bien l’intégrer à la fibre pendant une autre heure à ébullition. On sort le coton et on le rince trois fois. On rempli à nouveau la marmite d’eau propre et chaude et dans laquelle on dissout de l’alun, puis on intègre la fibre pendant une autre heure à ébullition.

Au cours de ces trois étapes, il est important de déplacer le matériau. Lorsqu’il est parfaitement rincé, sinon il se passera la même chose qu’avec la laine. On laisse le coton et la laine reposer dans l’eau toute la nuit. La deuxième étape est la teinture, pour laquelle on utilise des éclats d’écorce d’arbre. Je les fais venir de Paraíso de Grijalva, dans la municipalité de Carranza, au Chiapas, car c’est là que je peux les obtenir fraîchement coupées et comme elles sont fraîches, par rapport à celles vendues sur les marchés, elles ont une couleur plus intense. Elles sont coupées en petits morceaux et mises à tremper pendant un mois. Comme l’écorce est très dure, le travail est long et laborieux. Les copeaux sont mis dans un pot en étain ou en argile, on ajoute suffisamment d’eau et on les fait bouillir pendant une heure. On les laisse refroidir puis on les passe au tamis. On ajoute ensuite plus d’eau aux copeaux et on les fait bouillir pendant une autre heure. On laisse ensuite refroidir et on les filtre. On met ensuite la teinture filtrée des deux teintures bouillies ensemble et on la fait chauffer jusqu’à ébullition, puis on met les écheveaux de laine et de coton, bien pressés, tout en maintenant un mouvement continuel pendant une heure. Cela, en prenant soin de ne pas faire bouillir ou brûler les fibres. Une fois l’heure écoulée, on éteint la marmite et on la laisse reposer jusqu’au lendemain.


Si on veut changer les couleurs, une fois l’heure passée dans la teinture, on retire les fibres et on ajoute du citron pour obtenir de l’orange, du sulfate ferreux pour le violet ou du bicarbonate pour le bougainvillier (très similaire à la couleur de la cochenille). Chaque élément doit être très bien dissous avant d’introduire les fibres, sinon elles seront tachées ; ensuite, on le porte à ébullition pendant une trentaine de minutes. Il est important que l’eau soit maintenue à cette température pendant une demi-heure, sinon la réaction chimique n’aura pas lieu et le changement de couleur ne se produira pas. Une fois le temps écoulé, on l’éteint et on le laisse reposer jusqu’au lendemain. Les fibres sont retirées et mises à l’ombre pendant 24 heures, car si le soleil les frappe directement, elles peuvent se tacher. Le lendemain, une fois qu’elles sont sèches, elles sont rincées avec du savon neutre si nécessaire, jusqu’à ce que la couleur cesse de sortir et elles sont remises à sécher à l’ombre. Le liquide de la teinture restante peut être utilisé pour les teintes inférieures ; la procédure est la même.


Pour le palo brasil, le colorant peut être utilisé jusqu’à quatre fois. Si l’on souhaite une palette complètement différente, on laisse la teinture dans le pot pendant un mois pour qu’elle pourrisse, puis on l’utilise à nouveau en suivant les procédures précédentes.
J’ai voulu utiliser la teinture avec le palo brasil comme une analogie du temps, puisque la même chose s’est produite avec le renforcement des relations dans les communautés : un processus long et approfondi. Et de quel type de relations parlons-nous ? Toutes, les relations humaines, les relations de communication, les relations d’amitié, les relations d’apprentissage, les relations de solidarité, les relations de confiance et même les relations de pouvoir.


Selon Pablo Helguera, dans son livre « Education for Socially Engaged Art » (2011), les projets les plus réussis dans le domaine de l’art socialement engagé sont ceux dans lesquels les artistes ont travaillé dans une communauté particulière pendant une longue période, et ont une compréhension profonde des participants, avec pour principale stratégie de gagner la confiance de la communauté.

Photographie : Teinture avec le pernambouc, Atelier textile, Faculté des arts et du design, UNAM, Mexico. Carlos Barrera Reyes